\"\"

 

Rapport d’activités réalisées au cours de l’exercice 2012

 

O. Avant propos

 

0.1. Le contexte d’activité.

 

L’Association sans but lucratif « Action de Lutte contre la Malaria », A.LU.MA-Burundi, fondée en 2001 et agréée par l’Ordonnance Ministérielle n°530/001 du 02.01.2002 a poursuivi sa mission qui consiste à contribuer à l’amélioration des conditions de vie par la lutte contre le paludisme, cette maladie qui reste le premier problème de santé publique.

Au Burundi, comme dans d’autres pays africains sub-sahariens, le paludisme reste la première cause de morbidité et de mortalité, les groupes les plus touchés étant celui des enfants de moins de 5 ans et celui des femmes enceintes.

Les interventions d’A.LU.MA-Burundi cadrent bien avec les deux axes d’intervention reconnus par le protocole national de lutte contre le paludisme, à savoir la prévention et la prise en charge correcte des cas.

Au cours de l’année 2012, la sensibilisation s’est poursuivie au Centre anti-malaria St François d’Assise au bénéfice des patients qui le visitent, et ce grâce aux outils de communication réalisées en 2009, à savoir des chansons, des spots et des sketches sur la lutte contre le paludisme que l’on joue ou projette chaque jour au Centre. Une campagne de sensibilisation a été menée dans les 5 communes de la province CANKUZO, à savoir les communes de Cankuzo, Cendajuru, Gisagara, Kigamba et Mishiha, et ce grâce aux dons de la Fondation papale et de la Société pharmaceutique SANOFI. Comparativement aux années précédentes, l’année 2012 a été marquée par la diminution du nombre de patients qui ont visité le Centre, mais aussi le taux des cas positifs.

 

0.2. Remerciements adressés aux partenaires.

 

En référence à ce qui est dit plus haut, et en guise de remerciements, nous voudrions donc exprimer notre profonde gratitude à l’endroit :

 

  •  Du Président de la Fondation Papale, le Cardinal Donald W. Wuerl (222 North Seventeenth Street, PHILADELPHIA, PA 1910, USA) qui continue à appuyer l’Association en prenant en charge les salaires du personnel, et ce depuis que le Centre anti-malaria St François d’Assise a ouvert ses portes en avril 2004.

 

Les dons de la Fondation Papale constituent le nœud le plus important dans la vie du Centre, une aide sans laquelle le Centre ne pourrait pas fonctionner. La Fondation reste jusqu’aujourd’hui le seul partenaire qui accepte de prendre en charge les rémunérations du personnel. Grâce aux dons de la Fondation papale, A.LU.MA-Burundi a pu renouveler la peinture du Centre à l’occasion de la célébration de son 10ème anniversaire le 02.01.2012. A.LU.MA-Burundi a pu aussi organiser une campagne de sensibilisation des populations des 5 communes de la province CANKUZO à l’Est du pays, une province qui enregistre beaucoup de cas de paludisme.

Que l’Eternel soit loué pour cette œuvre du Saint Père qui permet de sauver des vies humaines, des personnes aux faibles revenus, en même temps qu’il permet à l’association de créer des emplois. Le Centre compte aujourd’hui 20 employés.

 

  •  De la Nonciature Apostolique au Burundi qui reste l’interlocuteur d’A.LU.MA-Burundi auprès du Saint Siège et de la Fondation Papale. Lors de la célébration du 10ème anniversaire de l’Association A.LU.MA-Burundi organisée le 07.01.2012, S.E. Mgr Franco Coppola, Nonce Apostolique au Burundi a présidé la célébration de la messe d’action de grâce. Nous lui disons sincèrement merci pour tout le soutien que la Nonciature accorde à l’Association chaque fois que c’est nécessaire.

 

  •  De l’Ambassade de France au Burundi, qui, par son important financement a doté le Centre d’une infrastructure solide qui permet de garantir aux patients de meilleures conditions d’accueil. La sensibilisation des patients sur la lutte contre le paludisme se fait grâce aux appareils (poste téléviseur, mixeur, enregistreur) accordés par l’Ambassade de France. Nous saisissons cette occasion pour exprimer notre gratitude à l’endroit de S.E. Monsieur Jean Lamy, Ambassadeur de France au Burundi. Les principales infrastructures du Centre font la fierté de l’Ambassade et de notre association.

 

  •  De la Direction de l’Association britannique SURVIVE-MIVA pour son précieux

don qui a permis à A.LU.MA-Burundi de s’acheter un véhicule qui rend énormément des services au Centre, et ce au profit des patients qui visitent le Centre. Les transferts des cas graves vers l’Hôpital Militaire de Bujumbura se font à l’aide de ce véhicule. Ce véhicule a permis d’assurer aussi le déplacement du personnel du Centre.

  •  De la Direction Générale de l’Organisme allemand Action Medeor qui a soutenu l’Association A.LU.MA-Burundi depuis sa création en lui accordant des aides, en médicaments. En plus de cet appui matériel, cet organisme, premier partenaire d’A.LU.MA-Burundi fait sa publicité, et abrite le compte médicaments sur lequel transitent les sponsors de la part des particuliers. En 2012, Action Medeor a produit un mailing qui parle d’A.LU.MA-Burundi et de son travail dans la lutte contre le paludisme.

 

  •  Du Fonds Mondial de Lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme pour son appui multiforme : médicaments (la molécule artésunate/amodiaquine). Ce partenariat s’est matérialisé au cours de l’année 2009 par la signature d’une convention par laquelle le Programme Paludisme du Fonds Mondial a mis à la disposition d’A.LU.MA-Burundi un véhicule de marque TOYOTA HILUX, Type Camionnette 4x4. Ce véhicule a été d’une grande utilité dans la réalisation de la campagne de sensibilisation sur la lutte contre le paludisme dans la province de Cankuzo à l’Est du pays.

 

  •  De Monsieur Claudio TOGNOLA, Directeur du Bureau de la Coopération Suisse au Burundi, pour un don de qui a permis à A.LU.MA-Burundi d’équiper le Centre anti-malaria St François d’Assise en énergie solaire qui fonctionne depuis le mois d’Août 2012. Ce qui renforce les capacités du Centre , et assure son autonomie en énergie.

 

  •  De l’Ambassadeur de la République Fédérale d’Allemagne, Son Excellence Bruno Brommer, pour un don qui a permis d’équiper le Centre anti-malaria St François d’Assise d’une pompe à eau solaire. En 2006, l’Ambassade de la France avait financé, via le Fonds Social pour le Développement, un forage d’un puits, la Nonciature Apostolique avait financé l’achat d’un tank de 10.000 m3, pendant que l’Interbank Burundi avait financé l’achat et l’installation d’un pompe à eau électrique. L’utilisation de ce puits occasionnait des dépenses en consommation d’énergie électrique, des dépenses qui auraient pu servir à couvrir d’autres besoins du Centre dans la prise en charge correcte des cas. L’Ambassade d’Allemagne qui a financé qui a financé l’achat et l’installation de cette pompe solaire a rehaussé aussi le niveau du tank pour garantir une bonne distribution de l’eau dans les différents services du Centre, surtout les toilettes pour un bon assainissement.

 

  •  Du Ministère de la Santé Publique qui associe A.LU.MA-Burundi dans ses initiatives de lutte contre le paludisme en tant que partenaire. A.LU.MA-Burundi est aussi associée à toutes les activités organisées par le Programme National Intégré de Lutte contre le paludisme.

 

  •  De l’OMS qui soutient les activités de l’Association A.LU.MA-Burundi en assurant la prise en charge la participation de son Représentant Légal aux Réunions de

International Health Partnership + ( IHP+) en tant que représentant de la Société Civile. La 4ème Réunion des équipes chargées du secteur de la Santé dans les pays IHP+ s’est tenue à Nairobi/Kenya du 11-14 décembre 2012, une réunion qui a enregistré plus de 200 participants venus de plusieurs pays membres de IHP+

  •  De la Société Pharmaceutique SANOFI qui a accordé un don financier qui a permis à l’Association d’organiser un concours chanson sur la lutte contre la malaria dans la province de Cankuzo, au cours du mois de décembre 2012, le meilleur groupe qui a eu le premier prix est le Groupe Inkona mu mahoro de la commune Cendajuru. Nous disons merci à la direction de la Société qui a promis de renforcer ce partenariat.

 

  •  De l’organisation Belge Ex-Change qui a mis à la disposition de l’Association un expert senior du nom de Dirk Demeulemeester, qui est resté au Centre pendant deux semaines, du 29 juin au 12 juillet 2011, et qui a pu évaluer les capacités du Centre anti-malaria St François d’Assise, et a formulé des recommandations en rapport avec le renforcement de ses capacités. Au terme de sa mission, il a promis d’aider l’Association à trouver d’autres bienfaiteurs qui pourraient contribuer au renforcement technique et financier du Centre pour améliorer ses performances. En 2012, il a pu mobiliser quelques dons auprès des institutions suivants : Fédération des hôpitaux néerlandophones, l\'Institution de la CAP à Courtrai, la Congrégation de Knokke-Heist, l\'Hôpital de Knokke/Blankenberge, l’Institution du Sacré Cœur à Courtrai. Nous lui disons merci pour ce travail louable fait. Nous profitons de cette occasion pour exprimer notre gratitude à l’endroit des responsables de ces institutions pour cette solidarité qui va permettre de sauver des vies humaines.

 

  •  De Monsieur Jiwani Shafiq, Directeur de ALSAFA (import-export) qui a continue à appuyer l’Association et ce de puis novembre 2005 par des dons variés.

 

  • De Madame Nicola MARTIN, du Programme Sectoriel Eau de la GIZ pour son don de 200 Euros qui permettra de soigner gratuitement 1083 enfants de moins de 5 ans.

 

  •  De Monsieur NDORIMANA Benoît, Administrateur Directeur Général de la Société d’Assurance SOGEAR pour son don de 1.000.000 Fbu, un don qui permettra de soigner gratuitement 3.330 enfants de moins de 5 ans.

 

  • De Monsieur Matthias Kuntze, Directeur Général de la Société SAVONOR pour son don de 1.000.000 Fbu qui permettra de soigner gratuitement 3.330 enfants de moins de 5 ans.

 

  •  De l’Association française A Portée de la Main (APM) qui a facilité le transport des ordinateurs fournis par l’œuvre de charité Computer Aid International (Angleterre), des ordinateurs qui permettront de créer un cyber café en 2013 comme une activité génératrice de revenus.

 

  • De Madame Annemarie Keicher, interlocuteur privilégié de A.LU.MA- Burundi auprès de la Paroisse St Nicolas et de la Commune de Gundelsheim en Allemagne. En 2011, elle a obtenu un don de 3.500 $ US (4.340.000 Fbu) de la part de l’Ecole….., Une partie de ce don, soit 450.000 Fbu (363 $ US) permis à l’association de réaliser une activité de salubrité dans la commune de Kamenge, une activité organisée à l’occasion de la célébration de la Journée Mondiale de Lutte contre le Paludisme, le 25.04.2011. Une autre partie de ce don, soit 555.000 Fbu (448 $ US) a permis au Centre de prendre en charge gratuitement 1.850enfants de moins de 5 ans gratuitement. Le montant restant, soit 3.335.000 Fbu, va permettre de prendre en charge gratuitement 11.116 enfants de moins de moins de 5 ans en 2012. Il s’agit d’une aide fortement appréciée par les mamans, et qui permet à A.LU.MA-Burundi de contribuer à la réduction du taux de mortalité due au paludisme.

 

  •  Des amis de Bonn et de Mönchengladbach (Allemagne) pour leur soutien moral et les services de traduction réalisés par la Famille Crampen de Bonn (Allemagne) en allemand pour assurer une meilleure communication avec les partenaires allemands.

 

  •  De l’Organisation France Volontaires qui a mis à la disposition d’A.LU.MA-Burundi, une Volontaire, Mademoiselle Delphine JAUSEAU qui a joué le rôle d’assistante technique au Centre anti-malaria St François d’ Assise, pour une période de 12. Son contrat qui a commencé en novembre 2011 a pris fin en décembre 2012. Nous lui disons merci pour tout le travail de mobilisation des fonds qu’elle a réalisé. Nous pouvons citer entre autre le projet de renforcement des capacités du Centre anti-malaria, qui depuis Août 2012 fonctionne grâce à l’énergie solaire financée par le Bureau de la Coopération Suisse au Burundi.

 

Que tous ceux qui ont aidé d’une façon ou d’une autre A.LU.MA-Burundi à réaliser ses objectifs, trouvent ici l’expression de notre profonde gratitude. Chaque aide accordée sert à sauver une vie humaine, quand on sait que pour accéder aux soins de santé au Centre, une personne adulte doit donner une contribution de 400 Fbu, sauf pour les cas des indigents, pendant que la contribution des enfants de moins de 5 ans est de 300 Fbu. Que le Bon Dieu qui voit tout les bénisse.

 

0.3. De quoi sommes-nous fiers ?

 

Nous pouvons nous réjouir du fait que le nombre des personnes souffrant de la malaria a sensiblement diminué par rapport aux années précédentes, une des conséquences des campagnes de sensibilisation menées par le Ministère de la santé en collaboration avec ses différents partenaires, mais aussi grâce à la distribution en masse des moustiquaires dans plusieurs provinces du pays , dont la Mairie de Bujumbura où se trouve le Centre.

 

Année

Nombre de patients

% des cas positifs

2008

19.719

50,3

2009

36.374

54,2

2010

30.079

48,2

2011

21.988

42,7

2012

12.599

43,54

 

De plus, nous nous réjouissons du fait que des partenaires ont répondu à notre sollicitation pour avoir un appui financier permettant d’assurer une prise en charge gratuite des enfants de moins de 5 ans. Ainsi, les 4.516 enfants de moins de 5 ans qui ont visité le Centre ont été soignés gratuitement.

S’agissant de la sensibilisation du public sur l’impérieuse nécessité de lutter contre le paludisme, l’association a bénéficié d’un appui financier de la Société Pharmaceutique SANOFI, lequel appui a permis d’organiser un concours chanson sur la prévention et la prise en charge correcte des cas dans la Province de Cankuzo. Vingt cinq (25) groupes de chanteurs ont répondu à l’appel et ont participé à ce concours.

 

En plus de cette activité ponctuelle, la sensibilisation à la lutte contre le paludisme se poursuit au Centre par l’écoute des spots radio-télévisés et des chansons qui ont été produits au cours de l’année 2009 grâce aux subventions du Programme Paludisme du Fonds Mondial. Les patients qui attendent les résultats suivent attentivement ces outils de sensibilisation, et ceci se fait chaque jour, pour permettre aux nouveaux patients d’avoir toutes les informations sur le mode de transmission de la malaria, sa prévention, le comportement à adopter une fois que les signes cliniques de la malaria apparaissent.

Il convient de noter aussi que la journée commence par une prière pour confier la vie des patients et le travail du personnel au Créateur qui nous donne la vie.

Un membre du personnel récite la célèbre prière de Saint François d’Assise :

 

« Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix ».

Là où est la haine, que je mette l\'amour.
Là où est l\'offense, que je mette le pardon.
Là où est la discorde, que je mette l\'union.
Là où est l\'erreur, que je mette la vérité.
Là où est le doute, que je mette la foi.
Là où est le désespoir, que je mette l\'espérance.
Là où sont les ténèbres, que je mette la lumière.
Là où est la tristesse, que je mette la joie.

O Seigneur, que je ne cherche pas tant
à être consolé qu\'à consoler,
à être compris qu\'à comprendre,
à être aimé qu\'à aimer.

Car c\'est en se donnant que l\'on reçoit,
c\'est en oubliant qu\'on se retrouve soi-même,
c\'est en pardonnant que l\'on obtient le pardon,
c\'est en mourant que l\'on ressuscite à la Vie.
Amen.

 

La prière est suivie par une brève sensibilisation faite par les membres du personnel, en expliquant aux patients le mode de transmission de la malaria, comment la prévenir par l’utilisation de la moustiquaire imprégnée d’insecticide, et ce que l’on doit faire du moment que l’on sent les symptômes du paludisme, en visitant les structures de santé, et la prise correcte des médicaments une fois que le diagnostic microscopique a permis d’identifier des parasites.

Evidemment, la grande activité a été la prise en charge correcte des cas. Et ceci a pu se faire correctement grâce aux appuis multiples: soutien moral, financier, matériel et technique. Le personnel affecté au Centre fait preuve d’un dévouement remarquable, en veillant à offrir un bon accueil aux patients. Ils sont à féliciter.

 

0.4. Des contraintes rencontrées.

 

L’Association n’arrive pas à trouver des moustiquaires à distribuer aux personnes qui en ont besoin, pendant qu’elle encourage son utilisation comme un des moyens de prévention.

La hausse des prix du carburant répétitive n’a pas manqué d’affecter les dépenses de l’Association, de telle sorte qu’en 2013 le déplacement du personnel ne pourra pas se faire comme à l’accoutumée.

 

0.5. Des perspectives d’avenir :

 

Au cours de l’année 2013, l’Association A.LU.MA-Burundi voudrait créer un Cyber café, une activité génératrice de revenus (AGR), dans le but de rendre le Centre progressivement autonome. Le matériel informatique est déjà là, et l’on voudrait équiper le cyber café en énergie solaire pour pallier aux problèmes des coupures électriques que l’on connaît dans la ville de Bujumbura, et rendre le cyber fonctionnel, et satisfaire ainsi aux attentes des clients potentiels.

Au cours des années à venir, l’Association A.LU.MA-Burundi voudrait focaliser son attention sur le volet sensibilisation en créant une « Radio anti-malaria et Environnement », un outil de communication par excellence, dans le but de contribuer à l’atteinte de l’objectif que s’est fixé le Ministère de la Santé Publique, à savoir « zéro décès lié au paludisme en 2015 ».

 

0.5. Conclusion.

A.LU.MA-Burundi exhorte ses partenaires à ne pas se lasser, car le chemin à parcourir reste encore long. Malgré les efforts fournis, le paludisme reste un des grands facteurs de la pauvreté à laquelle font face la plupart des personnes qui visitent le Centre. Des défis subsistent, mais il n’y a aucun doute qu’en conjuguant les efforts, nous arriverons un jour à éradiquer le paludisme, et libérer ainsi des énergies supplémentaires pour un développement durable.

Même si cela n’a pas pu se réaliser jusqu’aujourd’hui, A.LU.MA-Burundi garde à l’esprit la nécessité d’initier :

  • une radio anti-malaria- environnement pour sensibiliser le public sur l’importance de la lutte contre le paludisme, un des facteurs de la pauvreté. Par la même radio, on va sensibiliser les populations sur les méthodes d’atténuation et de réduction des impacts néfastes des changements climatiques sur leur santé.
  • Une activité génératrice de revenus pour assurer progressivement son autonomie

 

Que le Dieu Tout Puissant bénisse toutes ces actions de solidarité internationale qui contribuent à sauver des vies humaines, surtout des enfants de moins de 5 ans qui constituent le groupe de gens le plus menacé par le paludisme. Depuis 2004, le Centre a déjà accueilli 215.588 patients.

 

Lire le rapport des activités proprement dit