En période d’été, c'est-à-dire le mois de juillet et Août, le Centre anti malaria Saint François d’Assise est toujours conscient d’une certaine baisse du nombre de visiteurs (patients). C’est la situation qui se présente actuellement au Centre bien que cette image ne tient pas compte de tous les patients enregistrés pendant le jour.

 

Toute fois, ce n’est ni parce que l’on a changé les méthodes d’accueil ou de traitement ni parce que le moustique femelle du genre anophèle ne pique plus mais plutôt parce que ses piqûres ne sont pas très paludiques en cette période d’été.

C’est pour cette raison que les chiffres de patients consultés et traités dans ces jours se présentent en baisse tels qu’en témoigne ce relevé hebdomadaire et échantillonal du début Août 2012.

 

Jour et date

Nbred’enfants de – 5ans

Nbrede femmes enceintes

Nbrede patients autres

Mercredi le 01 AOUT 2012

9

1

49

Jeudi le 02 AOUT2012

6

0

27

Vendredi le 03 AOUT 2012

7

1

27

Lundi le 06 AOUT 2012

3

1

35

Mardi le 07 AOUT 2012

12

0

24

Mercredi le 08 AOUT 2012

11

1

34

TOTAL

48

4

196

 

 

En plus, c’est une période préparatoire de la période où le paludisme est plus endémique au Burundi. La malaria réapparait fortement dans la saison des pluies, ce qui fait que notre centre anti-malaria soit de plus en plus saturé par le surnombre de patients inconsciemment adaptés à cette détente saisonnière de baisse de contamination.

C’est par ailleurs une occasion pour A.LU.MA-BURUNDI de mobiliser ses partenaires et autres bienfaiteurs à appuyer des actions de sensibilisation intense que s’est fixées l’Association.

Pendant cette période, il serait plus préventif de réveiller la conscience de la population pour qu’elle reste vigilante, qu’elle ne se laisse pas tromper par cette détente périodique de diminution de la malaria. Notons qu’A.LU.MA-BURUNDI cadre dans ses objectifs le volet sensibilisation de la population et des actions concrètes sont souvent entreprises dans les zones périurbaines de la Capitale Bujumbura en général, et particulier dans les provinces intérieures du pays les plus vulnérables.