L’année 2016 a connu une flambée de la malaria.

D’habitude, les mois de décembre et de janvier sont marqués par un pic, une montée du nombre des patients affectés par la malaria.

Au Centre anti-malaria St François d’Assise, cette montée est devenue une réalité. Le mois d’août  2016, le Centre n’a accueilli que 837 patients dont 342 patients à la goutte épaisse positive, soit 40,8%.

La montée a commencé avec le mois d’octobre au cours duquel le Centre a accueilli 1128 patients dont 532 patients souffrant de la malaria, soit 47,1% des 1128 patients. Le mois de novembre 2016, le Centre a accueilli 1654 patients dont 934 patients à la goutte épaisse positive, soit 56,4% du nombre des patients. La montée grave s’est manifestée au cours du mois de décembre 2016. Au total, le Centre a accueilli un nombre total de 2615 patients, dont 1533 patients souffrant de la malaria, soit 58,6%. Et ces patients viennent des différentes communes de la Mairie de Bujumbura.

Un autre élément nouveau constaté au cours des mois de novembre et de décembre 2016 est que le nombre des patients souffrant de la malaria a monté par rapport aux statistiques antérieures. Pour le mois de novembre, le nombre des patients souffrant de la malaria était de 56,4%, pendant que les patients souffrant de la malaria enregistrés au mois de décembre 2016 correspondent à 58,6%. Depuis que le Centre existe (2004), c’est pour la première fois qu’on enregistre des cas pareils.

Et ce qui est surprenant est que ce sont les lundi où on enregistre beaucoup de patients. Lundi le 12.12.2016, le Centre a accueilli 154 patients dont 64,2% souffrant de la malaria. Le lundi 19.12.2016, le Centre a accueilli 154 patients dont 62,3% souffrant de la malaria. Le lundi 26.12.2016, le Centre a accueilli 150 patients dont 59,3% souffrant de la malaria.

Comme on le voit, ce sont des signes qui ne trompent pas. La malaria qui reste la première cause de mortalité devient inquiétante ces derniers temps. Selon les études faites, il y a des risques que la malaria devienne une épidémie, difficile à maîtriser, un des impacts néfastes des changements climatiques, un défi mondial.

Face à cette situation, l’Association Action de Lutte contre la Malaria, A.LU.MA-Burundi lance un appel à l’endroit des partenaires de conjuguer les efforts pour faire face à ce fléau pour sauver des vies humaines.

Figure 1:Image du 12-12-2016

 

Figure 2:Image du 19-12-2016

Figure 3:Image du 26-12-2016