Contexte et justification

Le Burundi fait partie des pays qui ont ratifié la convention cadre des Nations Unies sur les Changements climatiques en avril1997. Pour la mise en œuvre de cette convention, le Burundi a fait la première et la deuxième communication nationale sur les changements climatiques. Le Burundi a également contribué dans l’élaboration des documents de politique à savoir le code de l’environnement, le code de l’eau, le Politique Nationale d’adaptation au changement climatique(PANA), la vision Burundi 2025, ect. Pourtant les études déjà faites montrent que le degré d’intégration des changements climatiques dans les politiques déjà élaborées est relativement faible.


Les secteurs vulnérables du changement climatique ont été désignés par la communication de la convention cadre des nations unis pour le changement climatique comme ressources en eau, agriculture, énergie,les écosystèmes naturels et aquatiques et la santé.Pourtant aucun projet concret n’a été mené pour contribuer à la vulnérabilité de la santé par rapport au changement climatique.

Dans le cadre du projet intitulé « Soutien au plaidoyer pour une intégration des liens entre changement climatique et santé dans les outils politiques concernés », le secteur de la santé a été identifié parmi les secteurs les plus vulnérables aux changements climatiques parce qu’onconstate toujours une faible connaissance de la problématique climatique et ses impacts néfastes sur la santé, aussi bien parmi les acteurs du secteur de la santé même que parmi les décideurs.

Par ailleurs, il n’existe pas de politique intégrant les actions de santé et de l’environnement(sauf SANA) en général et les liens entre changement climatique et la santé en particulier. Le Burundi devrait donc poursuivre les efforts pour passer de l\'approche sectorielle à l\'approche intégrée afin de promouvoir le bien être de la population. Cela interpelle le Gouvernement du Burundi et les acteurs de développement de concevoir des politiques, des stratégies et des plans d’actions conjointes qui privilégient l’intégration des liens entre changement climatique et la santé.

En tenant compte de la gravité des impacts néfastes des changements climatiques sur la population, le projet ci-haut cité voudrait mettre en œuvre plusieurs éléments clés de stratégie de communication qui incluent un renforcement des capacités des acteurs intervenant dans le secteur de la santé qui leur permet entre autres de mener/participer à un plaidoyer auprès des leaders pour que ces derniers tiennent comptedes liens entre changement climatique et la santé.

 

L’Asbl A.LU.MA-Burundi en collaboration avec la DPSHA du Ministère de la Santé Publique et de Lutte contre le SIDA via le projet « Soutien au plaidoyer pour une intégration des liens entre changement climatique et santé dans les outils politiques concernés » vient d’organiser une formation des journalistes des différents média (animateurs des émissions sur l’environnement et la santé).Au cours de cette formation, les journalistes ont eu l’occasion de maitriser différents termes et le phénomène des changements climatiques et leurs impacts néfastes sur la santé.

 

Afin de s’habituer à la thématique, certains journalistes ont pu participé à la retraite des parlementaires sur la même thématique, thématique sur laquelle ils ont pu produire /rapporter des articles sur les liens entre changements climatiques et la santé.

 

C’est dans la même logique d’intervention que l’Asbl A .LU.MA-Burundi en collaboration avec la DPSHA via le projet ci-haut citéorganise un concours de compétition des journalistes issues des différents media sur la production des articles sur la thématique « changement climatique et la santé ».

 

 

II. Objectif du concours

 

L’objectif de l’organisation du concours des journalistes consiste à encourager les journalistes à s’intéresser aux questions en rapport avec les changements climatiques et motiver les journalistes afin qu’ils s’attèlent à maîtriser et à diffuser les enjeux des changements climatiques sur la santé en vue de promouvoir la communication et la sensibilisation de la population en rapport avec la prévention des risques ou l’adaptation aux effets des changements climatiques.

 

III. Résultats attendus

  • Presse écrite : Reportage entre 500 et 700 mots en format A4, plus un exemplaire original du la publication (journal, magazine).
  • Agence de presse : reportage entre 300 et 500 mots en format A4, plus un exemplaire du numéro du journal comportant le texte publié.
  • Radio et télévision : Reportage ou émission ne dépassant pas 3 minutes ou 15 minutes, respectivement, à fournir en format CD ou DVD.

IV. Conditions de participation

  • Etre journaliste burundais et animateur (ice) des émissions sur la santé et sur l’environnement
  • Avoir participé entièrement dans la formation des journalistes sur les liens entre changement climatique et la santé
  • Avoir participé à la retraite des parlementaires, et avoir envoyé A.LU.MA Burundi un article ou émission réalisée sur la thématique climat santé ;
  • Les articles produits sur CD ou DVD ne seront pas remis
  • Les candidats doivent soumettre leurs productions en langue française ou nationale (kirundi) au siège de l’A.LU.MA-Burundi, Commune Kamenge, av. de l’Unité, N° 164, Bureau N° 9) accompagnées d’une attestation du Directeur de publication ou de la Radio ou de la Télévision certifiant que l’élément soumis à la compétition a été publié /diffusé entre le 17juin et le 30 Juin 2014.

V. Délai de cette activité

La période de production de cet article est de 15 jours calendrier ; c’est-à-dire du 17 au 30juin. Un jury ad hoc composé de 3 membres (un expert en environnement, un expert en communication et un expert du domaine de la santé) sera mis en place pour l’évaluation des meilleurs journalistes pour une durée de 3jours et la proclamation et la remise des prix se fera le lundi en date du 07 juillet 2014.

Sous-catégories