O. Avant propos


0.1. Le contexte d’activité.

L’Association sans but lucratif « Action de Lutte contre la Malaria », A.LU.MA-Burundi, fondée en 2001 et agréée par l’Ordonnance Ministérielle n°530/001 du 02.01.2002 a poursuivi sa mission qui consiste à contribuer à l’amélioration des conditions de vie par la lutte contre le paludisme, cette maladie qui reste le premier problème de santé publique.

Au Burundi, comme dans d’autres pays africains sub-sahariens, le paludisme reste la première cause de morbidité et de mortalité, les groupes les plus touchés étant celui des enfants de moins de 5 ans et celui des femmes enceintes.

Les interventions d’A.LU.MA-Burundi cadrent bien avec les deux axes d’intervention reconnus par le protocole national de lutte contre le paludisme, à savoir la prévention et la prise en charge correcte des cas.

Contrairement à ce qui s’est passé au cours de l’exercice 2009, année pendant laquelle l’Association avait bénéficié d’un don de 24.293.700 Fbu de la part du Fonds Mondial de Lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme, don qui lui avait permis d’organiser des ateliers de renforcement des capacités du personnel du Centre anti-malaria, et des campagnes de sensibilisation du public à la lutte contre le paludisme, au cours de l’année 2010, la sensibilisation n’a profité qu’aux seuls patients ayant visité le centre, en ce sens que la sensibilisation s’est faite grace aux outils de communications réalisées en 2009, à savoir des chansons, des spots et des sketches sur la lutte contre le paludisme que l’on a projeté chaque fois au Centre, et que les patients ont écouté ou regardé. Notons que 30.079 patients ont visité le

Centre, dont 6.745 enfants de moins de 5 ans.


La grande activité a été donc la prise en charge correcte des cas. Et ceci a pu se faire correctement grace aux appuis de plusieurs ordres : soutien moral, financier, matériel et technique.

Nous profitons de cette occasion pour exprimer notre profonde gratitude à l’endroit des institutions et personnes physiques partenaires de notre association.


0.2. Remerciements adressés aux partenaires.

En référence à ce qui est dit plus haut, et en guise de remerciements, nous voudrions donc exprimer notre profonde gratitude à l’endroit :

 Du Président de la Fondation Papale, le Cardinal Anthony Bevilacqua (222 North Seventeenth Street, PHILADELPHIA, PA 1910, USA) qui continue à appuyer l’Association en prenant en charge les salaires du personnel, et ce depuis que le Centre anti-malaria St François d’Assise a ouvert ses portes en avril 2004.

Les dons de la Fondation Papale constituent le nœud le plus important dans la vie du Centre, une aide sans laquelle le Centre ne pourrait pas fonctionner. La Fondation reste jusqu’aujourd’hui le seul partenaire qui accepte de prendre en charge les rémunérations du personnel. Que l’Eternel soit loué pour cette œuvre du Saint Père qui permet de sauver des vies humaines, des personnes aux faibles revenus, en meme temps qu’il fait vivre quelques ménages.

 De la Nonciature Apostolique au Burundi qui reste l’interlocuteur de A.LU.MA-Burundi auprès du Saint Siège et de la Fondation Papale. Que S.E. Mgr Franco Coppola, nouveau Nonce Apostolique trouve ici notre gratitude. Quelques mois après son accréditation à Bujumbura, il a rendu visite au Centre anti-malaria St François d’Assise pour se rendre compte de ses réalisations.

 De l’Ambassade de France au Burundi, qui, par son important financement a doté le Centre d’une infrastructure solide qui permet de garantir aux patients de meilleures conditions d’accueil. La sensibilisation des patients sur la lutte contre le paludisme se fait grace aux appareils (poste téléviseur, mixeur, enregistreur) accordés par l’Ambassade de France. Nous saisissons cette occasion pour exprimer notre gratitude à l’endroit de S.E. Monsieur Jean lamy, nouvel Ambassadeur de France au Burundi. Etant informé sur le partenariat qui existe entre l’Ambassade de France et l’Association A.LU.MA-Burundi, il a visité le Centre en compagnie de son Epouse. Au cours de cette visite, il a pu se rendre compte que le Centre construit en grande partie sur financement de l’Ambassade de France est fonctionnel et vient en aide aux personnes vulnérables, et contibue ainsi à l’amélioration de leurs conditions de vie.

 De la Direction de l’Association britannique SURVIVE-MIVA pour son précieux don qui a permis à A.LU.MA-Burundi de s’acheter un véhicule qui rend énormément des services au Centre, et ce au profit des patients qui visitent le Centre. Les transferts des cas graves se font à l’aide de ce véhicule.

 De la Direction Générale de l’Organisme allemand Action Medeor qui a soutenu l’Association A.LU.MA-Burundi depuis sa création en lui accordant des aides variées, en médicaments et en matériels d’équipement. En plus de cet appui matériel, cet organisme, premier partenaire d’A.LU.MA-Burundi fait sa publicité, et abrite le compte médicaments sur lequel transitent les sponsors de la part des particuliers. A.LU.MA-Burundi a aussi bénéficié d’un don de médicaments de la part d’Action Medeor International Healthcare de Dar- es-Salaam en Tanzanie. Nous disons merci à la Chorale paroissiale « Kirchenchor St. Hubertus » de Krefeld (Allemagne) qui a fait un don de moustiquaires à A.LU.MA-Burundi via l’oranisation allemande Action Medeor.


 Du Fonds Mondial de Lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme pour son appui multiforme : médicaments (la molécule artésunate/amodiaquine). Ce partenariat s’est matérialisé au cours de l’année 2009 par la signature d’une convention par laquelle le Programme Paludisme du Fonds Mondial a mis à la disposition d’A.LU.MA-Burundi un véhicule de marque TOYOTA HILUX, Type Camionnette 4x4 pour une période de 3 ans.

 Du Ministère de la Santé Publique qui associe A.LU.MA-Burundi dans ses initiatives de lutte contre le paludisme en tant que partenaire.A.LU.MA-Burundi est membre du CCM/Burundi, Comité de Coordination des Programmes du Fonds Mondial. Au titre de ce partenariat, le Représentant légal d’A.LU.MA-Burundi a fait partie de la délégation du Burundi qui a participé à la Conférence organisée par IHP à Bruxelles du 04 au 08.12.2010

 De Monsieur Jiwani Shafiq, Directeur de Alsafa (import-export) qui a continué à fournir du Paracétamol cés 500 mg dont a besoin le Centre. Notons que cela dure depuis Novembre 2005.

 De la Famille Keicher et de la Paroisse St Nicolas de Gundelsheim en Allemagne, des amis de Bonn et de Moenchengladbach (Allemagne) pour leur soutien moral et les services de traduction.

 De la Famille Crampen de Bonn pour tous les services de traduction.

 De Mme Isabel Macia de Mallorca (Iles Baléares- Espagne) avec ses amis de l’Association ABFIS pour le don de médicaments variés accordés au Centre anti-malaria, lesquels médicaments ont permis de répondre aux attentes des patients qui ont visité le Centre.


Que tous ceux qui ont aidé d’une façon ou d’une autre A.LU.MA-Burundi à réaliser ses objectifs, trouvent ici l’expression de notre profonde gratitude. Chaque aide accordée sert à sauver une vie humaine, quand on sait que pour accéder aux soins de santé au Centre, une personne adulte doit donner une contribution de 400 Fbu, sauf pour les cas des indigents, pendant que la contribution des enfants de moins de 5 ans est de 300 Fbu.


0.3. Des faits encourageants :

1. Prévention

La sensibilisation à la lutte contre le paludisme s’est fait au Centre par l’écoute des spots radio-télévisés et des chansons qui ont été produits au cours de l’année 2009 grâce aux subventions du Programme Paludisme du Fonds Mondial. Les patients qui attendent les résultats suivent attentivement ces outils de sensibilisation, et ceci se fait chaque jour, pour permettre aux nouveaux patients d’avoir toutes les informations sur le mode de transmission de la malaria, sa prévention, le comportement à adopter une fois que les signes cliniques de la malaria apparaissent.


2. La gestion du patrimoine de l’Association.


Au cours de l’année 2009, A.LU.MA-Burundi a bénéficié d’un don de deux véhicules :

 un minibus, un don de l’Association britannique SURVIVE-MIVA (Liverpool, U K),
 une double cabine Hilux donnée par le Programme Paludisme du Fonds Mondial de Lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme. 
Le Centre dispose donc de deux véhicules qui permettent son bon fonctionnement, surtout que les opérations de transfert des cas graves se font aisément. L’Association se réjouit de pouvoir contribuer à la réduction du taux de mortalité due au paludisme. Le personnel en profite aussi.

3. Le Centre anti-malaria de plus en plus connu des bénéficiaires potentiels.

Le Centre anti-malaria St François d’Assise reste l’unique Centre au Burundi à ne traiter qu’une seule maladie, la malaria. Il continue à accueillir des patients en provenance des 13 communes de la ville de Bujumbura.


0.4. Des contraintes rencontrées.

Avec la révision des salaires du personnel soignant dans les structures publiques de santé, il y a eu des membres du personnel du Centre qui ont dû rompre leurs contrats avec l’Association, alors qu’ils avaient bénéficié d’une formation spécialisé en traitement de la malaria.

Contrairement à l’année 2009, A.LU.MA-Burundi n’a eu aucun sponsor permettant de soigner gratuitement les enfants de moins de 5 ans.

0.5. Conclusion.

A.LU.MA-Burundi exhorte ses partenaires à ne pas se lasser, car le chemin à parcourir reste encore long. Malgré les efforts fournis, le paludisme reste un des grands facteurs de la pauvreté à laquelle font face la plupart des personnes qui visitent le Centre. Des défis subsistent, mais il n’y a aucun doute qu’en conjuguant les efforts, nous arriverons un jour à réduire les méfaits du paludisme, et libérer ainsi des énergies pour un développement durable. 
Même si cela n’a pas pu se réaliser jusqu’aujourd’hui, A.LU.MA-Burundi garde à l’esprit la nécessité d’initier :
• une clinique mobile pouvant aider à réduire les distances faites par des patients qui viennent surtout des communes de Mutimbuzi, Isale, Mubimbi en province de Bujumbura, et Kanyosha au sud de la capitale, .
• une radio santé environnement pour sensibiliser le public sur l’importance de la lutte contre le paludisme, un des facteurs de la pauvreté.

Que le Dieu Tout Puissant bénisse toutes ces actions de solidarité internationale qui contribuent à sauver des vies humaines, surtout des enfants de moins de 5 ans qui constituent le groupe de gens le plus menacé par le paludisme.